Animal Home

cropped-Logo-jaune.png

"- veux pas !"

ou quand le chat n'est pas d'accord

Quand je porte ma minette et que celle-ci me montre clairement qu’elle n’a pas envie, je lui prête ma voix avec sourire : « – veux pas… veux pas ! ». Je la repose alors doucement.

Qu’il est tentant d’écouter nos envies et d’aller par exemple gratouiller et bisouiller la fourrure du chat endormi. Mais connaître le petit monde des félins, considérer le rythme et la personnalité de notre chat, va instaurer une relation plus riche et respectueuse.

SOMMAIRE

Une meilleure connaissance de notre chat

L’observation

Le respect

Nous sommes un modèle pour les enfants

Et si nous allions encore plus loin…

Une relation unique

chat qui dort sur un coussin en montrant son ventre

Une meilleure connaissance de notre chat

L’idée est claire. Une meilleure connaissance des chats va nous amener à changer de regard sur notre chat mais aussi à modifier nos comportements. Cela peut paraître simple mais interrogeons-nous : quels sont ses besoins ? pourquoi fait-il ça ? et si moi, je fais ça ?

Les livres, qui se sont multipliés ces dernières années, apportent des éléments de réponse et enrichissent la réflexion. C’est un bon début !

L’observation

Notre meilleur allié est l’observation. Les chats expriment beaucoup par leur corps : pupilles, oreilles, queue, moustaches, postures, miaulements. Par exemple, les signaux d’un chat, installé sur les genoux, caressé un peu trop à son goût, peut agiter sa queue, dilater ses pupilles, baisser ses oreilles, se tendre… avant de mordre ou au mieux de partir. « Ces humains ne comprennent rien ! » doit-il penser en son for intérieur.

Prenons l’exemple du jeu à présent. Une plume agitée devant la truffe de minou d’une façon saccadée, ne représente pas l’oiseau qui vole, se pose, disparaît derrière un buisson, revient, marche doucement, tourne à la recherche d’un insecte au sol, court, s’envole….

Imitons la nature : l’intensité du jeu et la concentration de l’animal sera tout autre.

un chat joue avec un plumeau

Le respect

L’animal est un être à part entière sensible, avec ses besoins, ses ressentis, ses émotions. Il fait partie de la famille et partage notre vie. Il s’adapte grandement à nos espaces, notre rythme, nos attentions portées à son égard. Et nous leur en demandons beaucoup. Le respect est gage de confiance. Il va de pair avec la bienveillance.

Gratouiller le chat endormi est si tentant, une petite caresse en passant, un bisou en repassant. Rhôô… il est si mignon ! Même si le chat est un gros dormeur (environ 16 heures par jour), son sommeil profond représente seulement 25 % de ce temps. Entrer en contact avec le chat va couper son rythme et la réparation engendrée pendant les heures de repos.

un chat tigré dort sur un canapé

Quant à mettre un déguisement au chat, cela ne va pas lui faire plaisir. C’est une contrainte, c’est le déconsidérer. Quel en est le but ? Pour qui le fait-on, le chat ou l’humain ? Ces « douces violences » comme mettre un collier avec une petite clochette, réprimer une conduite normale (griffades) vont exercer une pression pour l’animal. Ces tensions lui procurent un mal-être et peuvent aboutir à des comportements inaccoutumés traduisant un déséquilibre émotionnel.

Nous sommes un modèle pour les enfants

un garçon porte un chat avec douceur

L’enfant apprend avec l’aide de l’adulte à prendre soin de l’animal. Les bons gestes lui sont montrés puis une fois l’enfant un peu plus grand, les « codes chat » lui sont expliqués. L’enfant observera quand le chat veut être tranquille, quand il veut jouer et comment jouer avec lui. Des cachettes en hauteur seront aménagées pour un repos en toute quiétude.

Aucun mauvais traitement n’est tolérable. Les règles envers l’animal sont claires comme n’importe quelles règles émises envers les autres enfants, les adultes… Nous sommes un modèle pour les enfants dans nos attitudes, nos paroles ; l’adulte reste le seul responsable du bien-être de l’animal.

Et si nous allions encore plus loin...

Prenons conscience de nos attentes envers l’animal. Quelles peuvent être nos exigences concernant l’affection, la compréhension, le contact, la disponibilité, la non-agressivité du chat ? Les considérer, c’est déjà entamer un processus de changement.

Certains auteurs proposent d’attendre que le chat vienne nous voir de lui-même. Quand le petit félin grimpe sur les genoux, se frotte aux jambes, arrive en courant en voyant sa brosse, nous montre son tiroir de jeux, s’installe face à nous sur le clavier de l’ordinateur…. il évoque un message clair. Répondre à son attente, c’est le comprendre. C’est certain, sa demande ne sera peut-être pas calquée sur notre temps libre. Mais c’est un autre sujet !

un chat, aux poils noirs mi-long, allongé sur le côté, nous regarde, un jeu entre ses pattes

Et si nous allions encore plus loin...

Prenons conscience de nos attentes envers l’animal. Quelles peuvent être nos exigences concernant l’affection, la compréhension, le contact, la disponibilité, la non-agressivité du chat ? Les considérer, c’est déjà entamer un processus de changement.

Certains auteurs proposent d’attendre que le chat vienne nous voir de lui-même. Quand le petit félin grimpe sur les genoux, se frotte aux jambes, arrive en courant en voyant sa brosse, nous montre son tiroir de jeux, s’installe face à nous sur le clavier de l’ordinateur…. il évoque un message clair. Répondre à son attente, c’est le comprendre. C’est certain, sa demande ne sera peut-être pas calquée sur notre temps libre. Mais c’est un autre sujet !

un grand chat très poilu, blanc et marron, dort sur le sol, tout détendu
un chat arrive vers nous en marchant

Une relation unique

Découvrons la personnalité de nos animaux et construisons jour après une jour une relation riche et unique.

Le respect s’applique aux chats, comme il s’applique à tout forme de vie 😊 !

une personne gratte le cou d'un chat qui ferme les yeux

Pour aller plus loin : Comprendre votre chat de Sonia PAELEMAN

Photos n° 2.4 : pexels.com / n° 1.6 : pixabay.com / n° 3.5.7.8 : unsplash.com